Evolution du répertoire du jeu de ficelle de l'Ile de Pâques 2

par Mark A. Sherman

 

 

NOTES


Analyse des figures traditionnelles


Pour comprendre le processus de variation, on doit
d'abord comprendre le but de chaque mouvement, dans
la construction d'une figure donnée. La méthode de
construction pour n'importe quelle figure, peut être
cassée dans des séries des séquences de blocs et
de nœuds (Sherman, 1991:32). Les séquences de blocs
sont des séquences de manipulation essentielles qui
produisent fréquemment le "cadre" de chaque motif.
En tant que telles, elles ne peuvent être omises
sans détruire le produit final. Les séquences de nœuds
sont des séquences de manipulation non-essentielles
exécutées entre les séquences de blocs. Les séquences
de nœuds (tortillements de boucle, intervertissements,
imbrications, etc.) sont ornementales par nature et
servent à altérer ou à augmenter le motif final, sans
détruire le cadre essentiel.

 

On peut employer plusieurs moyens pour créer de
nouvelles figures à partir de figures pré-existantes.
Souvent, de nouvelles séquences de manipulation
peuvent être introduites dans les nœuds (Sherman,
1991:33-78). Quelques fois, une séquence de blocs
peut être répétée afin d'augmenter la complexité
du motif final (Sherman, 1991:78-83). Dans d'autres
cas, les séquences de blocs peuvent être modifiées
(Sherman, 1991:88-91), mais seulement tant que la
position des ficelles clés est maintenue. Et enfin, il
est possible occasionnellement, de combiner ou
juxtaposer des séquences de blocs de deux figures
non liées (Averkieva & Sherman, 1992: 157), ce faisant
créant une nouvelle entité hybride.

 

Avec ces concepts en esprit, il devient évident que la
première chose à faire, afin de reconstruire les figures
restantes du répertoire de l'Ile de Paques, (figures de
Campbell) est l'identification et la classification de
des séquences de blocs et de nœuds, employées à la
construction des figures recueillies par Blixen.

Blixen, lui-même, a noté que la plupart des figures dites
"traditionnelles" de l'Ile de Pâques partagent
  des séries sous-jacentes de manipulations, suggérant
donc qu'une analyse de cette sorte est appropriée.
Pour faciliter l'analyse, les méthodes de construction
recueillies par Blixen, ont été réécrites, en employant
la nomenclature mathématique proposée par Storer
(1988)
8. Les séquences linéaires ont alors été retapées
de manière à ce que les séquences de manipulation
similaire ou identiques, soient alignées
verticalement (Fig. 2).

 

Après le remaniement de plusieurs séquences inusuelles
(voir note 8), cinq blocs et quatre nœuds émergent
de dix-neuf des vingt-trois figures recueillies par
Blixen
9.  Des cinq séquences de blocs, seuls les
BLOCS 4 et 5 sont sujets à des modifications mineures10

selon les mouvements exacts exécutés aux précédents
nœuds, et bien que seulement quatre nœuds soient
employés (2, 3, 4 et 6), six sont présents par définition
(Sherman, 1991:33). Une description complète de chaque
 séquence de bloc et nœud, remaniée dans la nomenclature
 de Rivers & Haddon, se trouve aux pages 30-32.

 

Mark Sherman Bulletins ISFA anciens No. 19 (1993)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×