Evolution du répertoire du jeu de ficelle de l'Ile de Pâques 4

par Mark A. Sherman

 
 

NOTES

 

Je n'ai pas encore tout traduit

 

1. Beaucoup de chants ont été publiés séparément
dans Rezitationen von der Osterinsel (Barthel 1960).

 

² Les figures numérotées 5, 10, 21, 25, 27, 31, 32, 35,
36, 39, 40, 46-49, 51, 52, et 54-57 ne sont pas incluses
dans la liste.

³ Noter aussi que les numéros ne correspondent pas
toujours aux numéros de Baeza, publiés par Bathel, 1960.

 

4. A la page 417, Campbell déclare qu'"il est possible, dans
le futur,{la veuve de Baeza}publiera une description
 détaillée des techniques impliquées dans l'art délicat
du kai-kai.

 

5. Ces dernières années, Amelia Tepano est devenue
quelque chose comme une légende vivante, étant la
seule auteure de la tradition du jeu de ficelle, sur l'Ile.
Lady Amelia peut être vue, dans de nombreuses
publications, réalisant des jeux de ficelle (Allaga 1988;
Conniff 1993) et est apparue tissant des toiles dans
 plusieurs récents documentaires sur l'Ile (Lynch & Lerner
1989; Leimbach 1989).

 

6. NOB 1, 2, 4-6, 26, 29, 30, 32, 33, 33, 37, 38, 58
dans le livre de Campbell; BLX 17 n'est pas illustré
par Campbell et NOB 5 n'est pas illustré par Blixen.

 

7. NOB 7-9, 11, 13, 14, 41-45, 54, 78-81; un set légèrement
différent a été identifié par les informateurs de Campbell
comme étant tahitien, voir p.63.

 

8. La méthode exacte employée par les iliens de l'Ile de
Pâques pour créer un arrangement de ficelles spécifique
utilise souvent un "raccourci", qui occulte les relations
mathématiques sous-jacentes. La méthode décrite dans
la Fig.2 n'est pas forcément la méthode exacte employée
par les iliens., mais produit néanmoins le même
arrangement de ficelles.

 

9. BLX 9, 10 et Tuturne (pas de nombre p 103) sont des
figures indépendantes sans rapport avec les figures
restantes du répertoire et ne sont donc pas inclues
dans la Fig. 2. La méthode de construction pour BLX 11
n'a pas été recueillie par l'auteur. Noter aussi que
l'arrangement de ficelle inhabituel employé pour
ouvrir BLX 8, remplace Bloc 1, Nœud 2 et Bloc 2.
Cette figure est par conséquent décrite avec plus
d'exactitude en tant que figure de bloc de
remplacement.

10. Les séquences  de nœuds se distinguent facilement
des séquences de blocs modifiées par l'omission:
l'omission d'une séquence de nœud permet de
produire tout de même une figure, alors que
l'omission d'un bloc modifié ne le permet pas.

 

11. La séquence ci-dessus est mentionnée en tant que
Popo par les iliens (Blixen 1979:24). Je vais employer
l'appellation Popo-2 lorsque la ficelle tenue est
maintenue sous le second doigt (index), et Popo-3,
quand la ficelle tenue est retenue sous le troisième
doigt (majeur), comme dans Bloc 5.1.

 

12. Les mouvements suivants Popo sont appelés
Hakahiti par les iliens (Blixen 1979:24).
Je vais employer l'appellation Hakahiti-2 lorsque
la ficelle tenue est tirée à travers les boucles 2,
et Hakahiti-3, quand la ficelle tenue est tirée
 à travers les boucles 3, comme dans Bloc 5.1.

 

13. Je mentionnerai dorénavant ce mouvement
extrêmement caractéristique en tant que
Extension de l'Ile de Pâques.

 

14. Blixen commente qu'un arrangement de ficelle
identique à O.4 se trouve aussi aux Marquises, mais
que la méthode d'exécution n'est pas aussi
économique (Blixen 1979:17). La méthode
marquisienne (Handy 1925: 17-18, pas 1-5) est
comme suit: Premier Berceau; 4 accroche 2, et
3 accroche 1; génère de nouvelles boucles 2 à
partir de la ficelle 3v (voir plus haut).

 

15. Mettre la ficelle en boucle sur les poignets;
1 prend par en-bas la ficelle l du poignet par
en-haut (cela créé une boucle à moitié
tortillée sur 1); 5 prend par en-bas les ficelles
1l; D2 prend par en-bas la ficelle qui croise
le poignet G (pas la paume); G2 prend par en-bas
la ficelle qui croise le poignet D, mais entre la
 ficelle v du poignet et la ficelle D2v (c.-à-d, pas
à travers la boucle D2).


16. Après avoir achever Hakahiti 2 (Bloc 5.0),
libérer les boucles des poignets mais ne pas étendre.
Pivoter la main D un demi-tour loin de vous, pour
que les deux ficelles transverses apparaissent (1
pointé vers le haut , les autres doigts vers le bas).
G4 et G5 accroche G1, et se referment sur la paume.
Avec G1 agripper par en-haut la ficelle oblique
qui court de la ficelle palmaire G à la ficelle
inférieure transverse, et l'a referme sur la paume.
Sur la main D, introduire D4 et D5 par en-bas
dans la boucle D2. Libérer 2, transférant ainsi
cette boucle  à D4 et D5, qui sont refermés sur
la paume. D2 accroche par en-haut D1.
Avec D1 agripper par en-haut sur la paume la
ficelle oblique qui court de la ficelle palmaire D
horizontalement à travers la figure, jusqu'elle
entrecroise le triangle le plus à G. Cela créé
l'illusion d'une ficelle double inférieure et
transverse, et révèle les cinq triangles verticaux
qui caractérisent  le motif final.


17. Les pas 1+2 correspondent à O.2, O.3 et O.4,
définis ci-dessus.

18. Le pas 3 correspond à notre séquence bloc 2.
Les 'variations de cela' sont incorporées dans
notre Nœud 2C.

19. Le pas 4 correspond à notre Nœud 3.

 

20. Avec le pas 5, cela constitue notre Bloc 3.

 

21. Le pas 6 correspond à nos séquences Nœud 4
et Bloc 4.

22. Le pas 7 correspond à notre Bloc 5.

 

23. Le pas 8 correspond à notre Nœud 6A,
l'Extension de l'Ile de Pâques.

 

24.

25.

26.

 

Bulletins ISFA anciens Mark Sherman No. 19 (1993)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×