La signification de Rapa et son répertoire du jeu de ficelle

 

par Mark Sherman,
Pasadena, Californie

SUITE

La signification de Rapa et son répertoire 
du jeu de ficelle

 La majorité des figures décrites dans cet article
ont été recueillies sur l'Ile de Rapa. Située presque
à 1120 km (700 miles) au sud-sud-est de Tahiti,
Rapa est la plus au sud des cinq îles comprises
dans le groupe austral (Tubua'i), les autres étant
Ra'ivavae, Tubua'i, Rurutu, et Rimatara (Carte 1).
Rapa est quelque fois appelée "Rapa-iti" pour
la distinguer de l'Ile de "Rapa-nui" (Ile de Pâques).
De temps à autre, le nom "Oparo est employé
(Caillot 1932). L'île elle-même mesure à peu près
8 km (5 miles) de diamètre, et a une origine volcanique,
et est dotée de magnifiques pics de 600 m de haut
(2000 ft) au-dessus du niveau de la mer. Cela fait un
contraste brusque avec les atolls de coraux bas, qui
ont donné l'archipel des Tuamotus au nord-est de Rapa.


Bien que la préhistoire de Rapa soit mal comprise,
les premiers habitants sont probablement arrivés
tardivement dans le premier millénium ap. J.-C.
(Hanson 1970:23), en provenance de l'archipel de la
Société (Bellwood 1987:29), ou peut-être des Iles
Marquises (Green 1966:27). La découverte européenne
s'est produite en 1791. Hanson et O'Reilly (1973)
ont publié une bibliographie complète sur Rapa.

Les jeux de ficelle recueillis par Stokes sur l'Ile de
Rapa sont d'une importance considérable pour
ceux intéressés à la compréhension des mécanismes
de l'évolution et la diffusion du jeu de ficelle dans
le Pacifique. Rapa est l'île la plus isolée de toute
la Polynésie Française: une évidence archéologique
suggère que les Rapans ont maintenu un léger
contact avec les habitants des îles voisines tout au
long

 de la période du pré-contact (Bellwood 1987:85, 88).
Par conséquent, beaucoup des figures recueillies par
Stokes sont probablement similaires, sinon identiques,
aux figures apportées sur l'île par les premiers colons.
Comme tel, le répertoire du jeu de ficelle rapan peut
servir d' "instantané" de figures connues dans la
Polynésie nucléaire, il y a plus de mille ans.

Manifestement, on ne peut ignorer la possibilité
que les figures originales aient été modifiées
avec le temps, ou que des figures supplémentaires
aient été introduites dans le passé. Cependant,
il devrait être possible de distinguer des figures
introduites récemment des vrai figures rapuennes,
en se basant sur plusieurs critères. D'abord,
beaucoup de techniques employées à la construction
 des jeux de ficelle sont caractéristiques à des
régions spécifiques (ex. le mouvement gilbertin
(Maude & Maude 1958:7), le tao et ta tikopiens,
(Firth & Maude 1970:9), l'Extension Caroline
du Pacifique de l'ouest (Emory & Maude 1979:xi).
La présence de techniques "étrangères" dans un
répertoire donné, suggère fortement que les figures
les employant ont été récemment introduites.
Deuxièmement, le nom donné à une figure
récemment introduite est souvent indicatif de
son histoire. Dans certains cas, le nom reflète le
pays d'origine de la figure (la figure nauruenne
Wawu (Oahu), (Maude 1971:xxiv), et peut-être la
figure tahitienne Rurutu, (Handy 1925:57)).
Dans
d'autres cas, le nom ou le chant qui accompagne une
figure récemment introduite contient des sons ou des
mots rares dans le dialecte local. Cela a bien été
documenté dans l'
Ile de Pâques, où beaucoup
d'autochtones ont été capables de confirmer que
certaines figures ont été introduites récemment de
Tahiti (Blixen 1979:8,14). Troisièmement, l'héritage
de beaucoup de post-contacts d'immigrants rapans
  est connu (Stokes 1955:317; Maude 1981:160, 169),
rendant possible l'identification de sources potentielles
d'influence extérieure. Les destinations de Rapans qui
ont servi comme marins et missionnaires pendant le
dix-neuvième siècle sont aussi documentées (Hanson
1970:28-33). Par conséquent, l'authenticité de chaque
figure donnée du répertoire rapuan devrait être
assez claire.

En résumé, une analyse approfondie du répertoire
du jeu de ficelle austral est essentielle pour comprendre
comment les jeux de ficelle se sont diffusés et
subséquemment évolués dans le Pacifique. Cet article,
par conséquent, documente les jeux de ficelle recueillis
par Stokes et les compare aux figures recueillies dans
les régions avoisinantes. Bien qu'on est toujours tenté
de formuler des théories sur la migration préhistorique
basées sur la distribution des jeux de ficelle et leurs
méthodes de construction sous-jacentes, ce n'est pas
l'intention de l'auteur. Les théories de cette sorte
sont hautement spéculatives en l'absence d'appui de
 données génétiques, linguistiques et archéologiques
(Mary-Rousselière 1969:161), tout ceci est manquant
pour le groupe austral (Kirch 1986:34).

Sur Stokes et ses notes sur le jeu de ficelle

BISFA 1 Bulletins ISFA Les jeux de ficelle des iles australes Rapports de recherche John Francis Gray Stokes Mark Sherman

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×