Sur Stokes et ses notes sur le jeu de ficelle

par Mark Sherman,
Pasadena, Californie

Fin

Sur Stokes et ses notes sur le jeu de ficelle

  John Francis Gray Stokes (1875-1961) était âgé de
vingt-quatre ans lorsqu'il entra au Musée Bishop
(Honolulu) en 1899, il venait de l'Australie. Le
Dr. William T. Brigham, le premier directeur du
Musée, avait recruté Stokes pour le poste de
Bibliothécaire et d'Assistant Général. Stokes passa
trente années au Musée, détenant plusieurs postes
pendant ses années de service, y compris conservateur
de l'ethnologie polynésienne et conservateur des
collections. Par deux fois, il a été directeur suppléant.

Stokes a passé ses jeunes années à recueillir des
 données archéologiques dans les Iles d'Hawaï
(Stokes 1991). En 1920, Stokes et son collègue,
R. T. Aitken, un confrère chercheur du Musée,
ont été assignés à l'Expédition Bayard Dominick,
une entreprise qui a été plus tard considérée
comme l'investigation la plus étendue, jamais
réalisée du peuple polynésien. Aitken travailla
exclusivement sur l'Ile de Tubua'i (
Aitken 1930),
alors que Stokes recueillit des données sur plusieurs
îles, y compris Rurutu, Rapa, Ra'ivavae, et Tubua'i.
Stokes était aussi accompagné par sa femme, qui
l'a assisté en recueillant l'information, compilant
les notes, et développant les photographies.

Stokes a recueilli une incroyable quantité de
données pendant ses deux années d'investigation
dans les Australes, comprenant de l'anthropologie
physique, du matériel culturel, et de l'archéologie.
Dans son rapport final au directeur du Musée,
il a fait la liste de 18 spécimens ethnologiques et
archéologiques de Rurutu, 46 de Rimatara, 416
de Rapa, 47 de Ra'ivavae, et 3 de Mangareva,
sans mentionner de nombreux échantillons
zoologiques et géologiques (Stokes Manuscrit
collection, Archives de Bishop). Stokes a aussi
rapporté que 1,847 photographies, 4,500 feet
(24 bobines) de film, et 31 disques ont été réalisés.
Ses observation sont documentées dans un manuscrit
en cinq volumes (
Archives de Bishop).
Malheureusement, le manuscrit est resté inédit.
Stokes était tout à fait critique à l'égard de lui-
même et gêné par son manque de formation
universitaire, lui rendant difficile la rédaction
des rapports (Stokes 1991:17).

Les jeux de ficelle ont été recueillis essentiellement
sur l'Ile de Rapa pendant un séjour de neuf mois
durant l'année 1927. La liste de vérification qui
accompagne la collection de films de Stokes indique
que les bobines dix-neuf et vingt montrent la
 réalisation de jeux de ficelle. Malheureusement,
tous les pellicules des films ont été depuis lors
désintégrées, étant faite d'une variété d'un nitrate
de cellulose ancien (celluloïd). Toutefois,
heureusement, Stokes a réalisé plusieurs impressions
par contact des parties de négatifs de films de
trente-cinq mm, peu après son retour. Ces impressions
 sont préservées aux Archives du Musée Bishop. Chaque
bande contient huit cadres entiers et deux moitié de
cadre (un en haut et un en-bas), illustrant la méthode
de construction de plusieurs figures rapaennes
(#9,
#3, #13, #17, #23, #25, #26, et des parties de #5),
ainsi que quelques figures rutuennes (
#3, #5, #7, et #8).
Chaque bande numérotée est référencée sur onze pages,
le document tapé est intitulé "Notes sur les jeux de
ficelle," en ce moment abrité dans les
Archives du
 Musée Bishop. Les notes contiennent beaucoup
d'informations de valeur, comprenant les noms
polynésiens pour la plupart des figures de la
collection, des références à des figures identiques
 observées ailleurs, et des méthodes de constructions
pour une poignée de figures, apparemment obtenues
par l'étude du film. Les informateurs du jeu de
ficelle ne sont pas identifiés par
Stokes dans ses notes.
Cependant, les individus suivants sont remerciés en
tant qu'assistants à son manuscrit en cinq volumes:
à Rapa, Hehe a Fara, Pataritari a Avaeoru,
Keleka a Faraire, Puhia a Hehe, et Puatere a Hehe V;
à Ra'ivavae, Punuarii a Teriifaatau, Are a Tehautoto,
Titimakariki, Tara, Piahuru a Temaititahio, Riivarii
a Moeterauri, Ruuhiamatani a Poroi, et Tauvi a Opeta.

Trois pages supplémentaires de notes manuscrites
par Johaness Andersen, un expert des jeux de ficelle
maori (Andersen 1927), accompagnent celles de Stokes.
Andersen apparemment a étudié le film autrefois.
Contrairement à Stokes, Andersen liste les noms
polynésiens pour toutes les vingt-huit figures
rapaennes (sauf
#2). Quelques notes comparent les
figures australes aux figures recueillies en Nouvelle-
Zélande et ailleurs sont aussi présentes.

Des photographies grandeur nature de plusieurs
figures rapennes et rutuenes non comprises dans les
épreuves de film (mais listé par Andersen), ont été
 récemment découvertes dans
les Archives du Musée
 Bishop. chacune étiquetée avec le nom polynésien
approprié (Rapa
#5, #8, #11, #14, #15, #18, #27, #28;
Rurutu
#1-#9; et Rimatara #7 et #8). Les photos de
qualité suffisante sont reproduites dans son travail.
Bien qu'à l'exception des figures Rapan
#2, #3,
#10, #12, #16, #19, #20, et #21, l'identité de chaque
figure décrite est fermement établie.

BISFA 1 Bulletins ISFA Les jeux de ficelle des iles australes Rapports de recherche John Francis Gray Stokes Mark Sherman

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×