Jeux et tours de Ficelle des Indiens Pueblo 4

par
Mark Sherman,

Pasadena, Californie


Lillie et Will Wirt,

Port Angeles, Washington


Carnet de voyage (suite)

Une des enseignantes, une femme hopi dans les
cinquante ans, a passé du temps à m'enseigner
à réaliser 'Papillon'. Il s'est avéré être une
variation de #13 Navajo 'Papillon I'. Nous avons
aussi été assez surpris de voir les enfants
 exécuter la série du 'Berceau du Chat': ils
commençaient toujours avec le Premier
Berceau! A partir de là, ils procédaient
comme d'habitude (c'est-à-dire, pincer le
croisement des ficelles avec 1 et 2, et passer
les deux mains vers le haut, entre les ficelles
transverses, dans ce cas, 1v et 5l), mais la
figure obtenue, nous ne l'avions jamais vue
avant. Alors ils arrivaient à la troisième
figure (traditionnelle) de la série, en insérant
les doigts comme indiqué, pinçant 1 et 2
ensemble (pour tirer les boucles courtes
vers le centre), puis passant les deux mains
entre les ficelles transverses, le résultat
étant la figure 'Bougies', recueillie par Jayne
(1906:328, fig. 746). Donc en substance,
seules la première et la seconde version de
la série diffèrent de la version traditionnelle
anglo-américaine.

 

Après avoir bavardé avec la professeur de
science/math, Tee White, pendant presque
une heure sur les jeux de ficelle navajo (voir
Sherman, Wirt, et Wirt 2007:133-136), nous
avons quitté la réserve hopi et nous sommes
dirigés vers Window Rock, Arizona, où nous
avions prévu de passer la nuit.

 
 

12 janvier 2002

Nous avons quitté Window Rock, Arizona
à la mi-après-midi, et sommes arrivés à
Gallup, Nouveau-Mexique autour de 16h, où
nous avons contrôlé dans le motel Super8
sur l'autoroute 66, la principale route
commerciale où de nombreux magasins
de bijoux indiens sont situés. Will et moi
en avons visité plusieurs, espérant trouver
un vendeur ou un joailler, qui pourrait
connaitre des jeux de ficelle, mais notre
recherche a été infructueuse. Découragés,
nous sommes retournés à notre motel,
avons été cherchés Lillie, et nous nous
sommes dirigés vers la laverie automati-
-que, près de notre hôtel. Là-bas, nous avons
 trouvé des douzaines de clients, presque
tous étaient des Amérindiens (principale-
-ment des Navajo et des Zuni, mais aussi
quelques Hopi). Nous avons passé le temps
à bavarder avec une femme zuni dans la
trentaine et sa fille pré-adolescente. Lors-
-qu'on lui a demandé s'il elle connaissait des
jeux de ficelle, la mère a réalisé deux, trois et
quatre diamants, en employant la même
méthode que nous avions vue dans la réserve
hopi. Cela nous a surpris, étant donné que
jusqu'à là, nous supposions que les figures
étaient clairement hopi. Elle nous a alors
montré une variation qui consistait en un
diamant seulement (nous n'avions pas vu cela
réalisé par les hopis que nous nous étions
entretenu. Elle a fini par nous montrer une
variation de 'Deux Diamants Osage' de Jayne,
que nous n'avions pas vue avant (les pouces
passent par en-bas à travers la boucle de
l'index, avant de prendre la ficelle lointaine
du petit doigt). La fille a réalisé 'Harpon' de
Jayne, mais l'a appelé 'Hogan', qu'elle a alors
transformée dans une figure qu'elle a appelé
 'Fusée'. Cette dernière ressemblait à la figure
'Fusée', que nous avions vue dans la réserve
hopi, mais la méthode était entièrement
différente.

 
 

13 janvier 2002

Nous sommes arrivés en territoire zuni
autour de midi, dimanche. Nous nous
sommes arrêtés au Centre d'accueil et d'infor-
-mation des Visiteurs sur l'autoroute 53, mais
le musée du centre était fermé. Nous avons
demandé au réceptionniste du comptoir des
bijoux, si elle savait quelque chose sur la
'Côte de Shalako' (le nom d'un jeu de ficelle
hopi). Elle nous a expliqué que Shalako était
une de leurs Kachinas (que les zunis appelent
Kokos). Lorsqu'on lui a demandé si elle con-
-naissait quelqu'un qui pourrait nous parler
des jeux de ficelle zuni, elle nous a adressés
à une employé du musée, qui était spécialisé
dans les jeux traditionnels, mais il ne travaillait
que du lundi au vendredi.

 

Après avoir quitté le Centre d'accueil et d'infor-
-mation des Visiteurs, nous nous sommes arrêtés
à une joaillerie à proximité. Le propriétaire était
un homme enthousiaste d'origine du Moyen-
Orient (Iranien?), qui était désireux de nous
satisfaire. Lorsque nous avons posé des questions
 sur les jeux de ficelle, il a fait venir un travail-
-leur zuni, qui peignait patiemment un grand
pot en argile sur le porche de devant. L'homme
 avait les cheveux foncés, une longue natte, et
 un visage avec les caractéristiques classique
 indienne. Bien qu'il n'était pas âgé (début de
 la quarantaine), pour une raison ou pour une
autre, ses mains étaient arthritiques. Il essaya
 plusieurs fois de nous montrer le 'Tour du
Premier Berceau', mais ses mains n'ont pas
voulu coopérer. Le propriétaire suggéra que
nous nous arrêtions au "Mustang" - une station
essence/épicerie située plus bas dans la rue.
 - car des centaines de clients zuni y entraient
chaque jour.

 

Le "Mustang" était vraiment un endroit très
couru. Après avoir acheté un tube de baume à
lèvres, j'ai demandé aux caissiers s'ils connais-
-saient des jeux de ficelle. Ils répondirent en
réalisant 'Deux Diamants' et Quatre Diamants'
en employant la méthode hopi. A ce moment,
nous avons commencé à comprendre que
celles-là n'étaient pas à proprement parler
des figures hopi, mais probablement des
figures connues des Indiens Pueblo en géné-
-ral (nous ne les avons jamais vues réalisées
par des informateurs navajo). Après avoir
remercié les caissiers, je me suis approché
de deux adolescents, mais ils ont refusé
d'accepter les ficelles en boucle que je leur
ai offertes. Un jeune couple de marié, que
j'ai approché ensuite a été plus coopératif
(bien qu'ils pensaient que ma demande de
jouer aux jeux de ficelle dans une épicerie
bondée, était assez bizarre). Ils ont
 commencé par réaliser la série "le Berceau
du Chat" pour moi, mais ont employé un
berceau non-standard (Berceau Initial;
enrouler 5l autour d'1 et 5 plutôt que 2345).
Lorsque j'ai demandé des motifs solo, la
femme a réalisé 'Deux Diamants Osage' de
Jayne, mais comme notre informatrice à la
laverie automatique, elle a passé ses pouces
  par en-bas à travers la boucle de l'index,
avant de prendre la ficelle lointaine du petit
 doigt. Elle a aussi réalisé 'Harpon' de Jayne,
mais l'a appelée 'Balai'.

 

Comprenant que nous irritions certains des
clients du magasin, nous avons précipité
notre départ., et avons marché jusqu'à la
joaillerie voisine. L'employé du magasin,
un homme zuni, était heureux de bavarder
avec nous sur les jeux de ficelle locaux.
Après quelques tâtonnements, il a été capable
de réaliser 'Deux Diamants' en employant la
méthode hopi. Il a dit qu'il était possible de
réaliser 1-6 diamants en employant cette
méthode, mais que le nombre impair exigeait
une torsion des mains pour l'extension finale.

 

SUITE

 

Bulletins ISFA Bisfa 15 Mark Sherman Lillie Wirt Will Wirt

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×