L'Ile d'Alor et le langage Abui

 

L'Ile d'Alor appartient à l'archipel des

Petites Iles de la Sonde au sud-est de

l'Indonésie. Elle est située au nord de Timor,

à 8 degrés sud de l'équateur et entre

124 et 125 degrés longitude est de Greenwich.

La taille de l'ile est approximativement de

2070 kilomètres carrés. D'après le

recensement de 2010, 145,299 vivent sur l'île*.

 

Deux austronésians et plus de vingt

langages papous sont parlés sur

l'archipel d'Alor. Abui est la langue

papou parlé principalement au

centre d'Alor dans la région

administrative d'Alor Regency,

avec la capitale Kalahi. La langue

a près de 16,000 locuteurs

(Kratochvil 2007:1).

 

Une division culturelle peut être

discernée entre les gens du littoral

qui sont principalement musulmans,

et les gens de l'intérieur des terres,

qui ont principalement pour religion,

la religion protestante. Comme la

plupart des gens de l'intérieur d'Alor,

la majorité des locuteurs abui sont

fermiers. La nourriture principale

dans la zone montagneuse est une

mixture de maïs, manioc et riz,

complétée par la pêche, la cueillette

et la chasse. Les gens cultivent aussi

de la culture marchande (noix de coco,

café, tabac etc.). Les régions côtières

d'Alor conviennent moins à l'agriculture,

et ici la pêche est un important moyen de

subsistance. En raison de la prévalence

du paludisme pharmaco-résistant et

d'un régime alimentaire unilatéral,

l'état de santé dans ces zones est

plutôt médiocre (Kratochvil 2007:3).

 

Alors que les villages traditionnels de

l'arrière-pays d'Abui étaient petits

(près de 150 habitants) et étaient situés

sur des éperons et des crêtes de

montagnes, sous la pression du

gouvernement colonial hollandais,

ils ont été transférés dans des

endroits plus accessibles comme

des vallées.

 

Les objets anciens caractéristiques 

dans la culture alorésiènne sont

les tambours en bronze en forme

de sablier appelé en malais 'moko'.

Ces 'moko' ont leurs racines dans

la culture dong son préhistorique,

dans ce qui est maintenant le

Vietnam, mais a été importée plus

tard à Alor de Java et de Makassar.

Les Hollandais en tentant d'imposer

la loi coloniale sur la zone, détruisit

beaucoup des 'moko' pendant la

première décennie du 20ème siècle,

mais, de nos jours, 'moko' sont encore

estimés, joués, et employés en tant que

monnaie principale, surtout pour les dots

 (Kratochvil 2007:2).

 

 

 
Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site