Histoires ficelées: Mon Histoire

 

Un récit autobiographique des jeux de ficelle
 dans ma vie
 et des histoires qui les accompagnent

par Edd Sterchi

  Il y a très longtemps, un jour pluvieux, une vieille
femme était assise avec un garçon de 6 ans. Ennuyé,
l'enfant demanda à sa compagne âgée, ce qu'il
pourrait faire pour s'occuper. Une expression
juvénile illumina le visage de la vieille femme, et
 elle s'exclama, "Je sais!" Elle disparut
pendant quelques minutes et retourna avec une
vieille ficelle en boucle. Elle commença à
manipuler la ficelle entre ses doigts, et tissa
beaucoup de motifs beaux et incitatifs. Elle
réalisa beaucoup d'autres jeux de ficelle,
raconta des histoires et chanta des chansons.

Puis elle fit quelque chose qui reste en moi
jusqu'à ce jour - elle enseigna au jeune garçon
quelques jeux de ficelle simples. Immédiatement,
le goût m'est venu. Ce jeune garçon, c'était
moi. Cette vieille femme était ma grand-mère,
qui était moitié Choctaw.

Quand j'ai grandi, ma grand-mère m'a enseigné
beaucoup d'autres jeux de ficelle. Après que j'ai
appris tout ce qu'elle savait, ma mère m'a acheté
le classique "Jeux de Ficelle et Comment Les
 Réaliser" de Jayne, duquel j'ai mastérisé la
plupart. Dans la cour d'école, la plupart des jeunes
gens de mon époque, pouvaient seulement réaliser
l'Echelle de Jacob, Pieds de Corbeau, et quelques
tours de ficelle rudimentaires. Moi, par contre,
je pouvais tisser plusieurs douzaines de figures.

Les jeux de ficelle restèrent pour moi, un simple
 passe-temps, jusqu'à ce que j'arrive au collège.
En classe de déclamation à l'Université de l'Illinois
du sud, j'ai réalisé plusieurs jeux de ficelle mis
en forme d'après une simple histoire, que j'avais
inventée. Elle a été très bien reçue et j'ai reçu
un A pour la déclamation. Quelque jours plus
tard, mon professeur m'informa qu'il avait pris
la liberté de parler, de ma démonstration des
jeux de ficelle, avec les professeurs au Département
des Communications à SIU. Ils ont demandé que
je vienne et fasse ma présentation devant quelque
uns des "supérieurs" du département. J'ai accepté
avec plaisir. Un après-midi, j'ai réalisé plusieurs
jeux de ficelle accompagnés d'histoires pour eux.
Ensuite, ils exprimèrent leur intérêt en moi, en me
demandant d'aider un membre précis du
Département des Communications qui faisait
de la recherche dans le domaine des formes
primitives de communication. Il considérait les
jeux de ficelle comme un ajout important à sa
liste d'objets de communication.

A la suite de cela, il m'invita à l'accompagner
dans une réserve indienne dans le sud-ouest,
pour un an, pour voir si je pouvais faciliter les
efforts et recherche en communications. Il
voulait parler aux anciens membres de la tribu,
et faire de la recherche sur les méthodes de
communication variées du passé. Sa théorie
était qu'en leur montrant des jeux de ficelle
(et histoires), il finirait par gagner leur
confiance et obtenir plus d'information (ainsi
que d'apprendre quelques jeux de ficelle non
recueillis dans le processus). A cause
d'engagements antérieurs, j'ai décliné la
 proposition. Rétrospectivement, je pense que
cela aurait pu être intéressant d'y aller, mais
je doute sérieusement que j'aurais pu vraiment
l'aider.

Après que je suis sorti diplômé de mon université,
les jeux de ficelle jouèrent encore un rôle
important dans ma vie privée, mais pas celle
 publique. Les jeux de ficelle m'aidaient à me
détendre après une dure journée de travail.
J'ai fini par développer les miens, et j'avais un
carnet où je notais mes jeux de ficelle inventés
J'avais une ficelle dans ma serviette, pour pouvoir
l'utiliser au déjeuner ou pendant les pauses. De
nouveau, ils jouaient bien leur rôle en me
relaxant et en m'amusant. Mais, dans mon coeur,
je savais que les jeux de ficelle avaient un plus
grand potentiel.

Pendant plusieurs années, les jeux de ficelle
restèrent assez latents dans ma vie. Puis, une
soirée estivale, il y a quelques années, quelque
chose de magnifique s'est passé. C'était dans
un camp d'été et la nuit des talents s'approchait.
Je ne m'étais pas préparé à participer. Lorsqu'on
me demanda si j'exécuterai quelque chose, je me
suis souvenu de la ficelle dans la serviette. Je suis
vite allé chercher ma ficelle en boucle et, le soir,
j'ai exécuté beaucoup de jeux de ficelle autour
d'une histoire sur un jeune indien et ses
aventures. Cela a bien été reçu par les campeurs
et les moniteurs de la même manière. Quelques
semaines plus tard, j'ai reçu un appel d'une
professeur  d'une ville avoisinante, qui avait
été au camp. Elle voulait que je réalise des
jeux de ficelle, en automne, devant plusieurs
classes, étant donné qu'ils étudiaient les indiens
et leur culture. J'ai été flatté. J'ai affiné mes
compétences dans les jeux de ficelle, travaillé
mon histoire, et suis enfin devenu assez bon pour
l'exécution. La présentation s'est bien passée.
J'ai fait quelques remarques préliminaires, une
démonstration sur la manière de voir les jeux
de ficelle, l'histoire (qui se composait d'à peu près
quarante-cinq ou cinquante jeux de ficelle, et
durait presque 45 minutes), et du temps pour
les questions et les réponses.

Une semaine ou un peu plus tard, l'école m'appela
 et me demanda si je pouvais le faire de nouveau,
pour les autres classes, et qu'aussi une autre école
dans le quartier était intéressée. J'étais content
et flatté. J'avais enfin trouvé une dimension
nouvelle, que j'avais cherché dans mes jeux de
ficelle - qui était l'information et le divertissement
des autres et aussi bien que moi-même. En plus
 de cela, ils ont développé un autre bénéfice
inattendu - les écoles ont commencé à me payer
pour ma venue et ma présentation. J'ai continué
à améliorer mon talent et l'histoire, et l'intérêt
a augmenté rapidement, de manière satisfaisante,
alors que se propageait la nouvelle de ma
présentation unique.

Maintenant, je réalise mon histoire ficelée dans
des écoles situées à un heure de chez moi, et elles
me demandent toutes de revenir l'année d'après.
Je le fais aussi des écoles maternelles jusqu'au
quatrièmes, ainsi que pour les sociétés historiques.
J'ai aussi eu un stand dans un festival indien où,
comme toujours, les jeux de ficelle ont été reçus
avec beaucoup d'enthousiaste. Invariablement,
j'allais dans les quartiers riches et les petits
enfants poussaient du coude leurs parents pour
me voir et leur dire, "C'est l'homme-ficelle."
Récemment, on m'a demandé de venir dans
une ville voisine, pour raconter mon histoire
à la bibliothèque locale, pour l'heure de
l'histoire. Le journal a fait un communiqué de
 presse sur l'évènement, mais les employés de la
bibliothèque m'ont dit qu'habituellement,
seulement trente à
quarante personnes viennent
pour ce genre d'activité. Lorsque je suis venu,
il y avait seulement des places debout, et ils
essayaient désespérément de trouver
suffisamment de chaises pour tout le monde.
Lorsqu'ils ont enfin pu compter toutes les
 personnes qui étaient venues, ils ont trouvé
que quatre-vingt personnes étaient venues pour
 voir mes histoires ficelées. Beaucoup d'adultes
 étaient venus sans enfants (quelque chose
extrêmement rare pour l'heure d'histoire à la
 bibliothèque). Les gens de la bibliothèque
étaient extatiques. Ils m'ont dit plus tard, que
cela avait été le plus grand public qu'il n'avait
jamais eu, pour un tel évènement.

Je continue de planifier des évènements et des
passages dans des écoles. Lorsque j'ai du temps
libre, je suis toujours heureux de raconter
mes histoires ficelées et d'édifier les autres à
l'art merveilleux des jeux de ficelle. Le journal
 local dans la ville où je vis, ainsi que beaucoup
d'autres dans la partie de l'état où je vis, ont
publié une critique d'un de mes spectacle.
En voici un extrait, "la personne interviewée
de ce soir est Edd Sterchi, qui est venu équipé
de ses ficelles, histoires, et un intérêt qu'on ressent
.... Le récit d'histoires ficelées est presque un art
perdu parmi les Amérindiens aujourd'hui.
Autrefois, ils employaient les jeux de ficelle pour
enseigner à leurs enfants beaucoup de choses:
la coordination des mains et des yeux, le talent
de mémorisation, le folklore,  l'histoire, et juste
pour l'amusement. Comme beaucoup d'entre
nous l'ont remarqué ce soir, il est très facile
d'être captivé par l'histoire et les figure... Nous
avons écouté l'histoire et contemplé avec
étonnement alors que l'histoire se déroulait
sous nos yeux... Les figures sont d'habitude
faciles à voir, mais certaines fois exigent un
peu d'imagination... La société apprécie l'intérêt
qu'a Edd dans cet art et la préservation de ce
merveilleux héritage. Le groupe présent était
 aussi content que les quatrièmes qu'il distrait
habituellement."

Donc, où vais-je à partir d'ici? J'ai beaucoup
fait avec ma ficelle. J'ai informé, initié et diverti
beaucoup plus de gens que je ne l'aurais
jamais imaginé. Il n'y a qu'un seul endroit où
je dois aller - vers mes enfants. Comme ma
 grand-mère qui m'a enseigné si patiemment et si
diligemment, je continue la tradition à travers
ma progéniture. J'espère qu'ils continueront
le fil qui lie mon passé à mon futur. Ce fil est
fait de ficelle.

SUITE
Les aventures de Petit Ours

Bulletins ISFA Bisfa 4 Commentaires Edd Sterchi Histoires ficelées: Mon Histoire

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×