Honor Maude (1905-2001) page 2

In Memoriam 

 

par

Alaric Maude
Adelaide, Australie

 

suite


Tout au long de sa vie, je pense que mère s'est sentie un peu
 inégale à cause de son manque d'éducation, et finalement
 elle a été reconnue en tant que la plus importante autorité
sur les jeux de ficelle des Iles du Pacifique, a recueillie plus
 de 1000 figures, et a été l'auteur ou la co-auteur de 7 livres
et 8 articles. Elle a été introduite aux jeux de ficelle par un
livre, qu'elle avait acheté pour la voyage initial vers le
Pacifique en 1929, et a commencé à les apprendre peu de
temps après leur arrivée à Ile Océan, stimulée par Arthur
Grimble, qui leur avait donné la permission de se marier.
Alors qu'elle a recueilli des jeux de ficelle tout au long de sa
 vie dans le pacifique, les livres ont été pour la plupart écrits
à Camberra, lorsqu'elle était dans ses 70ème et 80ème années.
Elle a fondé Homa Press pour que l'édition véhicule deux
 de ses livres, et pour une série qu'ils produisaient ensemble
 sur les traditions, la culture et l'histoire des Gilbertins (en
 Gilbertin I-Kiribati). Elle n'a pas seulement écrit le texte
pour les publications sur les jeux de ficelle, mais elle était
aussi responsable de la supervision de la production
 technique de tous les livres. Dans les 80ème, elle a appris à
utiliser un processeur basic word, qui produisait les pages à
partir duquel certains des livres ont été directement
 imprimés. En 1998, le Bulletin de l'Association
Internationale du Jeu de Ficelle a publiée un hommage à
elle, et avant qu'il ne paraisse, j'ai pu lui lire le manuscrit,
lorsqu'elle était encore capable de comprendre et de
 commenter. Elle a écouté dans un silence attentif, mais
 de temps en temps, une voix disait "c'est vrai"
comme des affirmations gratuites. Elle était calmement et
modestement fière de ce qu'elle avait accompli. Son œuvre
préférée, Les Jeux de Ficelles de l'Ile de Nauru, était sa
favorite car ce sont les figures les plus compliquées au
monde, sera republiée bientôt.

 

Elle était une jardinière passionnée et instruite. Elle a
commencé à jardiner dans les Gilbert, pour avoir un
moyen d'améliorer la nutrition, et je me souviens enfant
avoir vu des tambours d'acier coupés dans le sens de la
longueur, remplis de terre importée soigneusement de
l'Ile Océan, dans lesquels elle faisait pousser des légumes
Jardiner dans les Gilbert était une bataille, mais son intérêt
 a fleuri dans l'environnement hospitalier de Sydney
et de Canberra. Ici, elle est devenue une experte reconnue
en géraniums, qu'elle propageait en pots partout. Je pense
qu'à un moment donné, elle avait au moins 150 variétés
différences, donnait des conférences et exposait des plantes.
Plus fondamentalement cependant, comme je l'ai compris
plus tard, elle était une jardinière organique, presqu'avant
le terme, et une exposante des conséquences de la nutrition,
bien en avance sur son époque. D'où son instinct pour les
nourritures naturelles et le travail avec la nature venait-il,
je ne le saurais jamais, bien que père se demande si un peu
de lui ne vient pas des Gilbert, où l'on devait utiliser du
compost pour faire pousser quoi que ce soit. Peu importe
l'origine, il illustre son côté pratique, son intelligence, et
ses bons principes.

 

Honor Maude était aussi une chrétienne engagée. Sa foi
était importante pour elle, mais elle était simple, une foi
non doctrinaire qui conduit à la charité, la compassion et
la compréhension. Il y avait toujours quelqu'un que mère
avait aidé d'une certaine façon. Quelques uns d'entre
vous ici aujourd'hui, peuvent en dire plus sur cet aspect
de sa vie que je ne le peux, comme je l'ai appris des
histoires de plusieurs personnes avec qui j'ai parlé,
pendant ces quatre derniers jours.

 

La mort d'Honor marque aussi la fin de 71 ans de
mariage avec Harry, et plusieurs années supplémentaires
de partenariat. Comme mon père me la dit, il y a un an,
ce n'était pas toujours un long fleuve tranquille, vous
 savez, et il y a eu des bas et des hauts. Cela a du être une
relation testée par des conditions de vie difficiles,
l'isolation, la maladie et les absences régulières et
quelques fois prolongées pour le service. Mais elle dura
et se renforça et soutint le côté créatif des deux. Il me
semble que c'est à Camberra qu'ils ont finalement trouvé
une maison permanente, où ils pouvaient tout deux,
séparément ou ensemble, faire les choses qu'ils
voulaient le plus faire.

 

Il y a plusieurs années, Honor a eu une expérience aux
frontières de la mort. Elle a raconté plus tard à Harry,
qu'elle était monté paradis, où elle avait eu un déjeuner
(c'était de nouveau le côté pratique). A la fin du repas,
un groupe de Gilbertins s'est approché d'elle, et l'a invitée
à une danse de bienvenue, ce qui a du être la coutume
lorsqu'Harry et Maude faisait une visite officielle à la
l'Ile. Elle a apparemment indiqué qu'elle n'était pas
 encore prête pour le paradis, et est partie, mais je peux
deviner que cette fois elle a eu la danse.

 

Une nécrologie de moitié de page a été écrite, par le
spécialiste du Pacifique et l'ami de la famille Robert
Langdon, est paru dans le Sydney Morning Herald et
Camberra Times (27 avril 2001). Alaric Maude est un
Maître de Conférence à the School of Geography,
Population, and Environmental Management à Flinders
University à Adelaide.

 

Bulletins ISFA BISFA 8 Nécrologie Alaric Maude Honor Maude

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×