Jeux de ficelle et Tours Ojibwés 5

  recueillis par
Frederick W. Waugh (1872-1924)

 

Edité et illustré par
Mark Sherman

 

Papillon (meme'gos)


Donné par Mme Finlayson du Lac Long,
le 12 juillet 1916
Connu de Mme Leo en tant que gaia'ck (Mouette)


Lorsque le Papillon s'est approché de Kitche Manitou
cherchant un don spécial, le Grand Esprit lui a donné
la beauté (Johnston 1976:46). Le papillon est considéré
comme un esprit du jeu de l'enfant. On apprend aux
enfants à ne jamais tuer des papillons. Lorsqu'ils
jouent à cache-cache, les enfants ojibwés tenaient
leurs nez et couraient en criant "Me-e-memgwe
(Papillon, Papillon), pour encourager l'insecte
à participer à leur jeu. Un ancien a raconté à
Frances Densmore qu'elle avait souvent vu des
papillons venir lorsque des enfants les appelaient
de cette manière (Densmore 1929:63).


A. Faire la chauve-souris mais au pas H et I, pivoter
la main qui tient la boucle vers vous.


Dans la plupart des figure navajos appartenant à
 la famille de 'Beaucoup d'Etoiles", la boucle est
 pivotée loin du corps. Cependant, au début de cette
 année, une figure "Beaucoup d'Etoiles" a été
 obtenue d'une femme navajo, qui pivotait la boucle 3
vers le corps. Elle l'appelait de façon étonnante,
 'Papillon' (Sherman & Wirt 2002:117)

 

Ours (makwa')
Donné par Mme Finlayson du Lac Long,
le 12 juillet 1916

 

Lorsque le Papillon s'est approché de Kitche Manitou,
il a reçu la force et le courage comme dons spéciaux.
Pour les Ojibwés, l'ours symbolise la défense (Johnson
1976:60). Dans les Grands Lacs et le sub-Arctique, l'ours
était un des animaux les plus vénérés, l'incarnation
de la médecine chamanique. Il était comme un invité
sage et estimé, puissant pour ses capacités curatives,
et Grand-père pour d'autres (Oberholtzer 1994:134).
Des règles complexes entourent la mise à mort d'un
ours, et l'élimination de sa carcasse. Après qu'un ours
 ait été tué, il était mis sur son dos, remercié par le
chasseur et honoré par la pose d'un cadeau fait de
tabac sur sa poitrine. Si le groupe déménageait de
camp, le crâne était peint, enveloppé dans une écorce
de bouleau, et attaché à un arbre. Les colliers de griffes
d'ours étaient considérés comment un remède puissant
et étaient portés par des hommes de hauts rangs (Wood
1994:107).

 

L'ours était aussi le totem des guerriers. Les Ojibwés
considéraient que la guerre était un mal nécessaire.
Il y avait peu d'anciens qui pouvaient empêcher
les jeunes hommes de se battre. Ils se déclaraient
contre, mais savaient que c'était la seule manière
pour les jeunes hommes d'acquérir du courage, et de
prouver leur valeur personnelle. Les batailles étaient
vues comme un test ultime de force et de d'adresse.
(Jonhston 176:67-68).


A. Premier Berceau.

 

B. 1 passe par-dessus 2, puis sous 5v et
prend par en-bas 5l.

 

C. 3 passe au-dessus de la ficelle palmaire,
de 2 et prend par en-bas 1l.
3 garde la ficelle attrapée au bout du doigt.

 

D. Libérer 1² et étendre.

 

F. 1 entre par en-bas dans 2, sous 3
et dans l'espace triangulaire formé par la
ficelle 5v, la ficelle 5l et le côté de "V".

 

G. 1 prend la ficelle proche de "V" et
retourne à travers 2.

 

H. Libérer 5 et étendre.
Pousser la boucles serrée qui encercle
chaque boucle 3 vers le centre.

 

I. La main D saisit les deux ficelles de la
boucle G3, la fait passer par-dessus G3,
pivote la boucle un demi-tour loin de vous,
et mettre la boucle sur G1 et G2.

 

A partir d'ici ce sont les même instructions
que les figures précédentes.

 

J. Navajo 1.
1 agrippe par en-haut la ficelle qui vient d'être
libérée et la tire à travers la boucle restée sur 1,
qui glisse.

 

K. Etendre avec 1 pointé vers le haut et les
paumes loin de vous.

 

L. Pivoter toute la figure un demi tour
loin de vous, pour qu'1 pointe vers le haut,
les autres doigts vers le bas et que les paumes
vous facent face.

 

M. NOTER LA POSITION de 2 supérieure.
Poser la figure sur une table, en
libérant tous les doigts.

 

N. 2 entre loin de vous dans l'ancienne boucle 1.
1 entre loin de vous dans l'ancienne
boucle 2 supérieure.

 

O. Soulever la figure, et étendre 1 pointant
vers le bas, et les autres doigts vers le haut.

 

P. Pour défaire la figure, poser la figure sur
 une table, en libérant tous les doigts.
Puis tirer les segments centraux des ficelles
supérieure et inférieure du cadre dans
des directions opposées.

 

Notes: On peut imaginer que ce motif représente
un ours debout sur ses pattes arrières (représentées
par les triangles) pointées vers le haut. Bien
qu'exécuté de façon quelque peu différente, les
pas 1-4 de l'"Ours" ojibwé arrivent au même
résultat que les pas 1-3 de la figure indienne
klamath "Deux Elans" (Jayne 1906:74-79).
Cependant, "Ours" est clairement un membre
de la famille "Beaucoup d'Etoiles", alors que
"Deux Elans" ne l'est pas.

 

SUITE

BIENTOT

Bulletins ISFA BISFA 8 Rapports de recherche Frederick W. Waugh Mark Sherman

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×