UNE CONVERSATION AVEC CAMILLA GRYSKI: page 13

LA "LADY FICELLE" DU CANADA  


par
MARK SHERMAN
Pasadena, Californie

 
suite

  

    Sherman: Une dernière question, Camilla.
    Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans les jeux
    de ficelle? Pourquoi les aimez-vous?

 

    Gryski: La ficelle est spéciale pour moi pour
    beaucoup de raisons, mais j'aime surtout les
    jeux de ficelle car ils sont merveilleux. J'ai
    toujours aimé les arts. Les gens dans ma
    maison, étaient toujours en train de tisser,
    de filer, de peindre et de crocheter. Et j'aime
    l'idée de créer des motifs sur mes doigts avec
    une ficelle en boucle. Au début, j'étais
    essentiellement intéressée par eux, pour m'en
    servir comme accessoires, pour mes séances
    narratives (storytelling) à l'hôpital. Et puis,
    j'ai commencé à apprendre les légendes qui
    vont avec les figures, comme celle au sujet
    de Maui essayant de ralentir le soleil, pour
    que sa mère puisse avoir le temps de faire
    tous ses travaux ménagés.

    Maintenant, je les vois comme une forme
    d'art - plusieurs d'entre eux sont si beaux!
    Kathleen Haddon en parle dans son livre
    Artists in String.
    Elle propose la théorie que les personnes qui
    les ont créés étaient des artistes, mais que
    leur support était une ficelle. Si vous regardez
    quelques jeux de ficelle inuits, ils sont exquis.
    "Le Petit Chien" ou "La Lune entre les
    Montagnes" sont vraiment des formes d'art.
    Ce qui est si charmant dans cette forme d'art,
    est sa fugacité. Il vient et il s'en va. Vous le
    faîtes, et vous tirez les ficelles de droite, et la
    chose entière disparaît. Puis vous fourrez votre
    ficelle dans votre poche, et la prochaine fois que
    vous voulez faire la figure, la connaissance est
    dans vos mains. C'est tout à fait merveilleux, et
    je ne suis pas encore fatiguée de cela après des
    années, et des années à réaliser des figures avec
    les enfants. Je suis toujours fascinée par la
    variation, la beauté, la tradition et les histoires
    des jeux de ficelle, et de l'idée d'être capable de
    créer quelque chose à partir de rien. Bien sûr,
    c'est une activité plaisante pour un jour pluvieux,
    mais je pense qu'il y a plus en lui que cela.
    Je pense que c'est quelque chose d'exclusivement
    humain.
    
    

    SUITE
    SOURCES

 

Bulletins ISFA Bisfa 9 Hommage CAMILLA GRYSK Mark Sherman

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×