Elles ont toujours une ficelle sur elles

(auteur inconnu). 1956.

Sydney Morning Herald, 14 juin 1956


Pendant que je travaillais sur mon doctorat, au laboratoire
de Radiophysique Australien CSIRO à Sydney, ma mère,
Kathleen Haddon Rishbeth, est venue d'Angleterre me 
rendre visite. Pendant son séjour, nous avons pris le thé
avec Mme Maude. Vous trouverez ci-dessous l'article 
d'un journal, qui est paru peu après dans le Sydney 
Morning Herald (14 juin 1956). L'article est 
intelligemment intitulé "Elles ont 
toujours une ficelle
 sur elles."

Dr. Henry Rishbeth
Southhampton, Angleterre



D'autres femmes ne rêveraient pas de sortir sans un rouge

 à lèvres et un nécessaire à maquillage, mais Mme O.H.T.
Rishbeth et Mme H.E. Maude mettent aussi un bout de
ficelle dans leurs sacs à main. Lorsqu'elles se sont
rencontrées la semaine dernière, à Sydney, elles ont sorti
 la ficelle et en une minute, elles étaient en train de réaliser
 des gueules de babouins, des étangs à poissons et des éclairs.
Mme Rishbeth en sait plus sur les jeux de ficelle de tous
les pays, que n'importe quelle femme dans le monde;
Mme Maude est une experte en jeux de ficelle
 polynésiens - et est probablement la première personne
à les employer, en guise de thérapie, à des enfants infirmes.

A l'époque, alors que ses contemporaines edwardiennes
se débrouillaient avec les
tournures et les jupes très longues,
Mme Rishbeth a commandé
à sa couturière une jupe-short
 et un costume,
fait d'un tissu antidéchirement. Et avec
des
guêtres à hauteur des genoux et une blouse en
crêpe de Chine infroissable, elle est partie avec son père,
le Dr. A.C. Haddon, pour la Papouasie.

Le
Dr. Haddon, le fondateur de the School of Anthropology
à Cambridge, était un botaniste. Alors qu'il visitait la
Nouvelle Guinée pour étudier l'
anémone de mer - sa
spécialité - il s'est rendu compte que l'anémone serait
 certainement toujours là, mais que les indigènes se
mourraient. Et donc, il est devenu un anthropologue et
il a emmené sa fille dans son expédition sur le
Fleuve Fly
 pour qu'elle photographie les pirogues à balancier indigènes.

Pour devenir amis des indigènes, et surmonter les
 difficultés du langage,
Mme Rishbeth a recouru à un
passe-temps, que son père avait introduit dans la
famille des années plus tôt - le berceau du chat.
"Lorsque j'ai sorti ma ficelle, les indigènes ont aussitôt
décidé que j'étais l'une d'entre eux," a-t-elle dit.
    "Mais j'ai été horrifiée, lorsque ils m'ont montrée une
figure... 'L'homme blanc, il vient' et alors avec une
boucle de ficelle autour de son cou 'il meurt'."
Lorsque les indigènes sont devenus vraiment amicaux,
ils nous ont invités à échanger les ficelles avec eux.
Cela exige de la diplomatie. "Je vérifiais toujours que
je réalisais la figure uniquement avec mes mains, car
leurs ficelles avaient été souvent en contact avec des
bouches et des orteils infectés."


Le berceau du chat provient, croit
Mme Rishbeth,
de l'habitude humaine universelle pour le futile.
Ils surgissent partout dans le monde.
Mme Rishbeth
 a réalisé
sa première collection de figures sur la côte de
l'Alaska en 1910. Là-bas, les Esquimaux employaient des
tendons au lieu de la ficelle. Pendant l'obscurité des longs
 mois d'hiver, ils illustrent les histoires et les légendes avec
des jeux de ficelle et, pour eux, une signification magique y
est souvent attachée. "Ils ont l'Esprit du Berceau du Chat,"
a-t-elle expliqué.  "L'esprit s'ennuie si les gens jouent trop
avec les tendons de cerf." "Un bruit de crépitement dans la
hutte signifie que l'esprit regarde. Les Esquimaux saisissent
alors une ficelle et essaie de faire la course avec l'esprit qui
est en train de réaliser
la même figure
 avec sa ficelle
invisible.
"Si ils ne gagnent pas la course, quelqu'un dans
la hutte mourra avant la fin de l'hiver."

Mme
Rishbeth, qui avait étudié la zoologie, a aussi recueilli
des jeux de ficelle en Australie (1914) et en Amérique du Sud.
Elle a écrit trois livres sur ce sujet et les a introduits aux
enfants, par le biais d'un programme de la BBC à la
télévision. Maintenant elle est retraitée - elle a été
 bibliothécaire à la Bibliothèque Haddon à Cambridge
 pendant 17 ans - elle se trouve en Australie pour rendre
 visite à son fils, Mr. Henry Rishbeth, qui travaille pour le
 C.S.I.R.O. C'est dans l'hôpital orthopédique Margareth
 Reid que Mme
Rishbeth et
Mme Maude se sont rencontrées
pour la première fois, entourées de petits garçons qui se
reposaient dans leurs lits, et tissaient avec leurs doigts la
ficelle que Mme Maude apporte à l'hôpital chaque mardi
 et vendredi après-midi. C'est Mme Maude qui a eu l'idée
 d'une classe de jeux de  ficelle, destinée à aider les enfants
qui avaient besoin d'exercer leurs mains et leurs doigts, et
 d'amuser ceux qui devaient rester coucher pendant une
 longue période.
Elle a trois hôpitaux sur sa liste de visite,
 et 40 jeunes élèves. Quelques figures sont prises des livres de
Mme Rishbeth, mais la plupart viennent des figures que
Mme Maude a apprises des indigènes, pendant son séjour
de 20 ans dans les Iles Gilbert.

Anthropologue "par mariage" - son mari était un étudiant
 du Dr. Haddon à Cambridge -
Mme Maude a commencé
à recueillir des jeux de ficelle lorsqu'elle a remarqué
que les indigènes n'en réaliser plus en devenant plus
civilisés. "Autrefois", a-t-elle dit,"chaque indigène
connaissait quelques jeux, car il croyait que lorsqu'il
serait mort, il devrait faire des jeux de ficelle avec
un ancêtre; et que si il n'était pas capable de les
faire, l'ancêtre l'aurait attaché avec la ficelle."
Mme Maude a recueilli plus de 100 figures;
maintenant, elle travaille sur d'autres chez elle
à Wahroonga, pour certaines d'entre elles, elle
emploie une ficelle de cheveux humains tressés de
Nauru, mesurant 10ft, coupés - comme punition -
de la tête d'une femme indigène malfaisante.

L'Association Internationale du Jeu de Ficelle remercie
avec gratitude le Sydney Morning Herald, pour nous
avoir accordé la permission de reproduire leur article
et les photographies.

Lettre à l'Editeur Bisfa 3 Bulletins ISFA Elles ont toujours une ficelle sur elles Honor Maude Henry Rishbeth Kathleen Haddon Rishbeth

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×