Honor C. Maude page 26

Un hommage à la plus importante autorité
sur les jeux de ficelle des Iles du Pacifique

par
Mark A. Sherman



String Figures from the Gilbert Islands,
de H.C. et H.E. Maude. 1958.
Memoirs of the Polynesian Society, N° 13.
viii + 161 pages. The Polynesian Society:
Wellington, Nouvelle Zélande.
Illustrations: 190 dessins (avec les mains)
d'Honor Maude. Nomenclature: Rivers et Haddon.

 
Bien que daté de 1958, ce travail a été en fait achevé dans
 les années 1930: les pages 1-72 ont été publiées sur une
période de trois ans (1936-38), en tant que suppléments
au Journal of the Polynesian Society, volumes 45-47.
Avec l'avènement  de la Deuxième Guerre mondiale en
1939, la publications des pages restantes a été suspendue.
La vaste majorité des figures décrites dans
ce livre ont
été recueillies par les Maude, pendant leurs premières
années aux Gilbert. Cependant, le livre comprend
aussi un petit nombre de figures recueillies par
Arthur F. Grimble, avant l'arrivée des Maude, et la
 plupart du texte relatif aux significations
magiques-religieuses des jeux de ficelle gilbertins
provient de ses notes.

Pour son premier livre, Maude a adopté le
système de classification employé par
Willodean C. Handy dans
String Figures from
the Marquesas and Society Islands
(1925).
Les figures avec des significations
magiques-religieuses
sont présentées en premier, suivies par: les figures
au motif fixe, les séries, les figures tri-dimensionnelles,
les figures coulissantes, les figures pour deux
personnes et les prises ou les tours. La plupart de
 l'introduction est consacrée à des traditions
charmantes associées au jeux de ficelle gilbertins.
Par exemple, les Maude signalent qu'une série
de jeux de ficelle était employée par le dieu
créateur Na Ubwebwe pour soulever les cieux;
une autre série était réalisée par-dessus les
cadavres et à côté du mort afin de pouvoir
entrer au paradis; un jeu de ficelle connu
en tant que taai ou "soleil" était réalisé par
les anciens sur les plages faisant face à l'ouest
pour encourager le soleil à se coucher. Le reste
de l'introduction est consacré aux techniques
habituellement employées aux Gilbert: le berceau
boucle-bouche; les extensions gilbertines; les
mouvements gilbertins; le mouvement banaban;
et l'extension Caroline (la plupart de celles-ci
réapparaîtront dans ses livres sur Nauru et Tikopia
sous des noms différents).

La caractéristique la plus étonnante de ce premier
travail sont les illustrations stupéfiantes (avec les
mains, à la Jayne) et les instructions concises:
il est clair depuis le début que nous avons
affaire à un auteure et à un illustratrice technique,
de grand talent et très compétente.
Tout aussi impressionnant est le grand nombre
de figures recueillies  - une collection  vraiment
compréhensive.

SUITE 

Bulletins ISFA Bisfa 5 Hommage Honor C. Maude

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×