Honor C. Maude page 29

 

Un hommage à la plus importante autorité
sur les jeux de ficelle des Iles du Pacifique

par
Mark A. Sherman


 

Tikopia String Figures, de Raymond Firth et
Honor Maude. 1970. Royal Anthropological Institut
Occasional Paper, N° 29. 64 pages. Royal
Anthropological
Institut: Londres. Illustrations: 54 dessins  d'Honor
Maude. Nomenclature: Rivers et Haddon, avec
l'emploi étendu de termes natifs.

 
Pendant plus d'un siècle, le
Royal Anthropological
Institut d'Angleterre et d'Irlande est resté la
source d'information la plus respectée au
monde pour les cultures indigènes (et les jeux de
 ficelle!). Avoir votre travail publié dans un de leurs
journaux était une grande réussite. En 1970,
Honor Maude a gagné le respect des anthropologues
du monde entier, en ayant son étude sur les
figures de Tikopia publiée dans
Occasional Paper.

Le livre est basé sur des notes de terrain, réalisées
par l'anthropologue Sir Raymond Firth en 1929.
Tikopia est une petite île habitée par des gens
de descendance polynésienne, bien que située
en Mélanésie près des Iles Solomon.
Firth a d'abord abordé Camilla Wedgwood
pour lui proposer de mettra au propre ses notes,
mais son projet "n'a jamais décollé." En 1962,
alors qu'ils visitaient Londres, les Maude ont dîné
avec Firth. Ce dernier a donné ses notes à Honor et
lui a demandé d'écrire le livre, ce qu'elle a accepté
avec enthousiaste. Le résultat a été encore ne fois un
autre classique de la littérature du jeu de ficelle.

Le livre s'ouvre avec une préface de six pages de Firth
 dans laquelle il décrit les pratiques et les croyances
variées associées aux jeux de ficelle. De la préface
de Firth, on peut apprendre que: (1) Les Tikopiens
inventaient couramment de nouveaux jeux de ficelle,
souvent en modifiant les mouvement employés, pour créer
leurs motifs traditionnels; (2) les psalmodies
associées
avec quelques figures sont de simples jingles, qui faisaient
référence aux actions de l'exécutant (enroulant la ficelle,
posant la figure); et (3) les jeux de ficelle étaient autrefois
reliés aux divinités, aux cieux, à la nuit, au sommeil, et
à la cécité.

Une introduction exceptionnelle d'Honor Maude suit.
Bien que succincte (trois pages), Maude offre plusieurs
idées révolutionnaires sur la façon, dont les jeux de ficelle
évoluent et se propagent d'île en
île. Elle explique que
chaque répertoire local est composé de figures noyaux
traditionnelles, bien connues qui ont été transmises de
génération en génération. En outre,
chaque répertoire
est dynamique; Avec le temps, les
figures noyaux
(Maude en énumère huit) sont modifiées et/ou
améliorées soit intentionnellement, soit par accident,
donnant vie à des variantes qui entrent dans le
répertoire. Superposées sur un groupe de figures
traditionnelles et leurs variantes, ce sont des figures
introduites par des visiteurs ou des immigrants récents:
dans le cas de Tikopia, Maude propose que les
figures micronésiennes ont été introduites par des
 voyageurs, à la dérive des Groupe Gilbert ou Ellice,
tandis que les figures mélanésiennes ont été
introduites à la suite de trafic de canoë de la Nouvelle
 Guinée et de l'Australie via les Salomon. L'introduction
conclut avec une discussion sur Tao et Ta, des termes
 tikopiens pour deux techniques de tissage largement
employées, que Maude a d'abord observé sur l'Ile Océan
 (connues là-bas en tant que mouvement Banaban) et
plus tard à Nauru (en tant que partie de la séquence
Eongatubabo). Honor postule que la majorité des
figures îliennes sont uniques, en grande partie car les
Tikopiens ont découvert une manière ingénieuse
pour modifier les mouvements
Tao et Ta.

En préparant les notes de Firth pour la publication,
Honor Maude a choisi de garder les termes natifs
pour les séquences de manipulation fréquentes,
quelque chose qui n'avait jamais été essayé avant
dans la littérature. Par exemple, ses instructions
pour réaliser la très connue "soleil" ou "brochos"
se lit: Premier Berceau; Tao Sokotasi, ta
Sokotasi,
libérer les pouces; Fakamau; Furifuri ifo;
libérer les index; Fakafiti i tua; Asu, fakafiti i roto
(de la page 18). L'effet est enchanteur et hypnotique:
on peut presque entendre les îliens récitant les
instructions à Firth. L'emploi de termes natifs pour
des séquences complètes de mouvement, met l'accent
sur la nature modulaire des figures, et aide à illustrer
comment les
Tikopiens concevaient rationnellement
de nouveaux motifs, en remaniant et en copiant les
noms des séquences. L'impact de ce volume mince
n'a pas encore été pleinement apprécié.


SUITE

Bulletins ISFA Hommage Bisfa 5 Honor C. Maude

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×