Kathleen Haddon (1888-1961) page 1

 Hommage

par Henry Rishbeth
Southampton, Angleterre


  
Ma mère est née à Kigstown, comté de Dublin, troisième
enfant d'Alfred Cort Haddon et de Fanny (née Rose). La
maison familiale à Willow Place est située dans un bosquet
qui dominait le port du ferry en effervescence, maintenant
connu en tant que Dun Laoghaire ("Dun-leary"). Des extraits
des lettres qui nous restent, écrites par Fanny à sa propre
mère à Bedford donnent un aperçu de la vie dans la banlieue
de Dublin, dans un contexte de problèmes irlandais
 contemporains, qui résonnent encore un siècle plus tard.

Alfred Haddon (1855-1940) était le fils aîné de John Haddon,
imprimeur à Londres. Il est entré au Christ's College, à
Cambridge en 1875 et a obtenu un degree , Sciences
Naturelles (Zoologie) en 1979. Pendant les festivités du
May Week de 1977, lui et son ami, John Holland Rose ont
invité leurs sœurs à Cambridge et les ont échangées pour
la semaine. L'échange est devenu permanent lorsqu'Holland
 Rose et Laura Haddon se marièrent en 1880 et qu'Alfred
Haddon et Fanny Rose
se marièrent en 1881.


Dans l'incapacité d'obtenir un poste à Cambridge, Haddon
fut nommé Professeur de Zoologie au Royal College of
Science à Dublin en 1880. Il désirait faire une recherche
dans la zoologie tropicale marine, alors un grand sujet
inexploré. Après avoir considéré attentivement les
possibilités, il choisit le Détroit de Torres et obtint des
fonds, pour financer une expédition de 8 mois en
1888-1889.

Les conséquences de ce choix sont immenses. Alors
qu'Haddon réalisait péniblement la recherche pour
 laquelle il avait été accrédité, il vint en contact avec les
 indigènes, leurs coutumes et leur culture. En plus de
ses articles scientifiques, qu'il écrivait, il y avait de
charmantes lettres pour sa femme et ses enfants,
 merveilleusement illustrées au stylo et à l'aquarelle.
Mais la vrai conséquence de son expédition a été le réveil
de l'intérêt pour les sociétés indigènes qui l'entouraient,
et il décida de suivre ce nouveau champ de recherche.
Comme il est connu pour avoir déclaré, que les gens
 étaient plus intéressants que leurs crevettes. A
 partie de ce moment là, tout en continuant à exercer
ses nombreuses fonctions à Dublin, il décida d'établir la
 nouvelle spécialité Ethnologie, en tant que sujet
 académique en Angleterre. Ensuite il déménagea
 avec sa famille à Cambridge en 1893, et vécut
une vie double, jusqu'à ce que son affectation à un
Lectureship en
Ethnologie à Cambridge en 1900, suivi par
son élection à un Fellowship au
Christ's College en 1901,
qui lui permit de renoncer au professorship à Dublin. On
peut admirer le courage et le dévouement de sa femme
Fanny pendant ces années difficiles.

Entretemps, il avait organisé l'Expédition de Cambridge
1898 vers
le Détroit de Torres, la vrai première expédition
anthropologique des rives anglaises, qui a eu des conséquences
durables. - et pas des moindres, les généalogies indigènes
 qui étaient présentées comme une preuve de communauté
de longue date dans l'action légale réussie des îliens contre
le Gouvernement du Queensland, qui a conduit à l'allocation
des droit sur la terre en 1994. Il a établi de bonnes relations
d'amitié avec les indigènes, et son adage: "Vous pouvez voyager
n'importe où, avec un sourire et un bout de ficelle" pourrait
tout aussi bien avoir été le slogan de Kathleen.

Tout cela met en place le milieu de la jeunesse de
Kathleen
dans le "cher Dublin sale", (comme on l'appelait) et plus tard
à Cambridge. Son frère Ernest (1882-1976) est devenu membre
de l'administration coloniale en Ouganda en 1904, et a continué
à servir en Afrique longtemps après sa "retraite" officielle en
1929, et sa vrai retraite après 1945. Sa sœur Mary
(1884-1987),
une enfant chétive, s'est mariée au Dr. A. E. Hodder en 1910,
et a vécu une vie très trépidante. Ses dernière années elle a
 beaucoup voyagé, la plupart du temps pour rendre visite à ses
sœurs et à son fils, et a vécut assez pour prendre plaisir à son
centenaire - parachevé par le télégramme habituel de la Reine.
Beaucoup se souviennent avec affection d'Ernest et de Mary.

 SUITE

Bulletins ISFA Bisfa 6 Hommage Henry Rishbeth Kathleen Haddon (1888-1961)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×