James Hornell (1865-1949) page 5

Hommage 

 

par David Heppell,
Gibson, Columbia

 

et Mark Sherman,
Pasadena, Californie

 

Hornell lance un journal (1893-1897)

 

 Durant les années passées à construire, Sinel et
Hornell ont continué à commercialiser leurs lames
et spécimens de microfaune à des universités, et à
des naturalistes amateurs en Angleterre et à
l'étranger. Ceux-ci étaient souvent accompagnés
par des pages de texte et des esquisses annotées,
illustrant ce que l'observateur devrait voir
lorsqu'il regardait dans le microscope. Peu
après que la station ait ouverte ses portes en 1893,
Hornell décida de formaliser la production des ses
textes et illustrations, par la publication d'un
journal trimestriel, avec lui-même comme éditeur.
Le journal pouvait aussi comprendre des articles
originaux sur la faune marine écrits par des
abonnés. Ainsi, naquit The Journal of Marine
Zoology and Microcopy, sous-titré 'un périodique
biologique formulé simplement.'

 

Le premier numéro, daté de novembre 1893,
se compose de 24 pages, toutes écrites et illustrées
par Hornell. Deux planches colorées à la main
figuraient aussi. Trois numéros supplémentaires
du journal suivirent rapidement pour achever
le volume 1, avec lequel était fourni la première
série des 14 lames de microscope. Les illustrations
prouvent que Hornell était un excellent illustrateur
technique, et possédait la patience requise pour
esquisser - dans les moindres petits détails - toutes
les pattes, les articulations, les antennes des larves,
des crustacés, et autres créatures microscopiques.
Ces talents se révéleront plus tard précieux,
lorsqu'ils seront employés à illustrer des motifs
de jeux de ficelle achevés.

 

La réaction à la première série a été très favorable,
 mais les planches colorées à la main et les dessins
fastidieux, demandaient vraiment beaucoup de
 temps, empêchant Hornell de s'occuper de tâches
générant un revenu. Pour compliquer les choses,
Sinel quitta la Station Biologique de Jersey en
1895, afin de lancer une entreprise potentiellement
profitable, la "Jersey Oyster Culture Compagny
Limited" - un essai infortuné pour introduire
la culture d'huîtres artificielles dans Les Iles
Anglo-Normandes. Le beau-fils, James, était
maintenant entièrement responsable de la gestion
de l'aquarium et des laboratoires biologiques,
ainsi que de l'envoi des lames et spécimens de
 microscopes. Il n'est donc pas surprenant que les
quatre numéros suivants du journal soient
progressivement délayés, et que les planches ne
soient plus colorées à la main. Exaspéré et
embarrassé par les délais, Hornell publia une
apologie à ses abonnés. Il expliqua que la
production du journal, lequel ne générait pas de
 profit au début, dévorait tout son temps libre.
Il leur demanda d'être patients et compréhensifs.


Le huitième et dernier numéro est daté de
décembre 1897. Il est intéressant de noter que
Hornell avait l'intention de publier une autre
série de ses "Etudes Microscopiques de la
Zoologie Marine," avec 20 lames accompagnées
par plus de 100 pages de texte, séparément des
 quatre numéros suivants du Journal. Finalement,
aucun de ces plans ne se réalisa. Cet épisode est
probablement le seul exemple, où Hornell a été
submergé par ses multiples intérêts et tâches.
Les parties invendues des deux volumes publiés
furent reliées, avec une page de titre et une table
des matières, et soldées en tant que set. En 1901,
"Etudes Microscopiques" avec quelques autres
articles du Journal, on été réédités sous forme
de livre, avec toutes les planches non colorées.

 

Les pétitions de Hornell au responsable des
ficheries (1898-1901)


SUITE

Bulletins ISFA Bisfa 7 Hommage JAMES HORNELL David Heppell Mark Sherman

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×