James Hornell (1865-1949) page 9

Hommage  

par David Heppell,
Gibson, Columbia

 

et Mark Sherman,
Pasadena, Californie

 

Hornell le consultant (1926-1934)


Dès son retour des Mers du Sud, les services d'Hornell
en tant que conseiller en pêcheries, ont été très demandés.
Dans sa préface à Water Transport: Origins and Early
Evolution [243] Hornell mentionne un travail de conseiller
en Sierra Leone, l'Ile Maurice, les Iles Seychelles, Malte,
la Palestine, et de nouveau Fidji et Baroda. Toutes les
visites ont été arrangées par le British Colonial Office.
Des investigations d'armement ont été de même menées
en Italie, Chypre, Egypte et le Nil, le Soudan Anglo-
Egyptien, et l'Ouganda. Il mentionne aussi des études
dans des ports le long de la Mer Rouge, le Golfe d'Aden,
des ports le long des côtes du Kenya, de Tanganyika,
de Madagascar, du Mozambique et de l'Angola.
Pour ceux qui s'intéressent aux jeux de ficelle, ce
qui est intéressant sont ses visites en Sierra Leone
(1928), Baroda (1930), et le Soudan Anglo-Egyptien
(1938-39), qui ont donné naissance à des collections
imposantes.

 

La femme d'Hornell, Charlotte, l'accompagna dans
certaines de ces expéditions. Dans une lettre du 24 juin
1926, P.H. Dupont of the Seychelles Dept. de
 l'Agriculture a écrit: "Etant donné que Mme Hornell
va venir, je suis dans l'incapacité de vous loger dans la
cabine de mon oncle Tom, mais je louerai une maison
pour vous près de moi et nous passerons ainsi les soirées
ensemble. Faites moi savoir s.v.p., si Mme Hornell a le
pied marin, et si elle vous accompagnera dans les îles
isolées où la mer est plutôt agitée. Cela l'intéressera
beaucoup, et le paysage vaut l'inconfort relatif du voyage.
Si mes souvenirs sont exacts, elle peint. Il y a des
panoramas à Aldabra qui valent la peine d'être peints,
car les photographies ne rendent pas hommage à la
lumière merveilleuse, et aux combinaisons de couleur
qui ornent une étendue sauvage et isolée."

 

Hornell a été en Sierra Leone du 21 mars jusqu'en
juillet 1928. Son rapport au gouvernement a été publié
en juin 1928 [111], donc il est évident qu'il est resté
quelques temps après avoir achevé son travail officiel.
Pendant ce temps, il a recueilli à Freetown 42 jeux
de ficelle des membres des tribus Mendes, Temne,
Sherbro, Fula et Mandigo, la plupart du temps des
pêcheurs, porteurs de hamac, garçons de maison
et hommes choisis par les chefs tribaux. Il a pu
recueillir des membres de la tribu Liberia Kru
vivant à Freetown, 22 jeux de ficelle. Trois jeux
supplémentaires ont été appris d'un garçon servant
sur un bateau, de Zanzibar. Sa collection a été publiée
deux années plus tard dans le Journal of the Royal
Anthropological Institut [140].

 

Il est étonnant qu'Hornell n'ait pas recueilli de jeux de
ficelle lorsqu'il a travaillé en Inde (1908-1923).
Sa collection de 29 jeux de ficelle indiens, qui a été
publiée en 1932 [141], a été réalisée en 1930, lorsque
une fois de plus il a travaillé en tant que conseiller des
 pêcheries pour le gouvernement de l'Etat du Baroda.
Hornell était fasciné par le nombre de figures
 "africaines", qu'il a trouvé le long de la côte ouest de
l'Inde, et était convaincu que c'était une preuve de
commerce de longue date, instauré il y a plus de 2000
ans par les marins arabes, navigant entre la côte est
de l'Afrique et l'Inde. Ses études de l'armement
primitif corroborent sa théorie de diffusion de la
culture.

 

Le dernier article d'Hornell sur les jeux de ficelle
est basé sur un travail qu'il a effectué au Soudan,
pendant l'hiver de 1938-39 [143]. Cela n'a pas l'air
d'être un voyage de pêcheries sponsorisé par un
gouvernement. En fait, il était là-bas pour étudier
les designs des bateau arabes, les routes marchandes,
et l'histoire maritime. Dans sa préface, il écrit:
"Je consacre tous mes efforts à la collection de jeux
de ficelle, car d'après ce que je sais, aucun n'a encore
était recueilli de cette région." Il fut assez surpris de
ce qu'il trouva. En tout, il a recueilli 25 jeux de ficelle,
mais aucun de tribus ayant du bétail de la région
du milieu, qui ont déclaré n'en savoir aucun. Il
commente aussi cela: "Comme attendu, les Arabes
non métissés connaissaient peu de jeux de figures."
En route vers le Port Sudan, il a même réussi à
recueillir quelques jeux de ficelle birmans de nurses.
Ils ont été publiés à titre posthume [145].

 

Les années d'après retraite d'Hornell à l'étranger,
ont probablement été sa meilleure récompense
d'un point de vue intellectuel. Presque toutes ses
publications de cette période sont ethnographiques
par nature, la plupart sont consacrées à l'armement
primitif. Il aimait particulièrement la théorie du
rôle important de la diffusion de l'histoire de la
 culture, qui essaie d'expliquer les parallèles
culturels en tant que les produits du commerce
préhistoriques et de l'interaction sociale.

 

Hornell s'installe en Angleterre (1934-1949)


SUITE

Bulletins ISFA Bisfa 7 Hommage JAMES HORNELL David Heppell Mark Sherman

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×