Extension Caroline

  

L'extension Caroline est une

technique très efficace pour  
étendre un motif final.

 
   Elle a d´abord été remarquée
   dans les Iles Caroline de la
   Micronésie, d´où son nom.
   Depuis, elle a été trouvée
   dans toute la Micronésie,
   la Mélanésie, l´ouest de
   la Polynésie et l´Australie,
   où on la nomme le
   Mouvement Pindiki.
   Son absence à l´est de la
   Polynésie et en Nouvelle
   Zélande, semble indiquer
   qu´elle a été inventée après
   que la colonisation du
   Pacifique ne soit terminée,
   (c-à-d, à peu près 1200 ap
   J.-C.).

 

   Extension Caroline
   permet au joueur de
   séparer, largement, les
   lignes inférieure et
   supérieure du cadre
   pour que le motif soit
   grand et impressionnant.
   L´exceptionnelle prise
   des doigts garantit que
   les lignes inférieure
   et supérieure du cadre
   resteront tendues.
   Durant l´extension, la
   ligne supérieure du
   cadre est immobilisée et
   tenue haute par l´index,
   par pression du pouce
   contre le côté de l´index,
   pour coincer les deux
   ficelles qui passent entre
   eux .
   Cela verrouille aussi le
   motif et évite son
   affaissement, étant donné
   que la ficelle ne peut plus
   du tout flotter de
   l´intérieur, dans les lignes
   du cadre, alors que la
   tension est appliquée.
   Elle assure aussi un
   mécanisme sensible,
   qui règle la tension de la
   ficelle, à l´intérieur du
   motif.
   Un léger pivotement d´un
   ou des deux poignets fait
   que le motif s´élargisse ou
   se contracte, pour arranger
   le cadre correctement.
   La ligne inférieure du
   cadre est immobilisée en
   la pressant vers le bas,
   avec les trois doigts
   restants, ou le talon de la
   paume, le choix étant
   dicté par la longueur de
   la ficelle, par rapport à
   la grandeur des mains.
 
 

   Préparer la figure pour
   l´Extension Caroline

 

   Avant d´appliquer
   l´Extension Caroline à
   une figure, les deux ficelles
   transverses, qui
   deviendront les lignes
   du cadre, doivent être
   correctement positionnées.
   La ligne inférieure du
   cadre doit occuper la
   position 5l, et la ligne
   supérieure du cadre doit
   occuper 1l inférieure, ou
   1l supérieure, (tout dépend
   de la figure).
   En outre, la boucle du
   petit doigt doit être
   partagée avec le pouce,
   pour que 5v soit une
   ficelle palmaire.
   Les mouvements qui
   achèvent cette
   arrangement pour la
   figure
   "PETIT AMWANGIYO
" 
   sont expliqués au pas K.
 

   Au sujet des nœuds de côté 


   Les "nœuds de côté" de
   la figure isolent les ficelles
   du cadre, des ficelles du
   motif. La distance entre
   le nœud et la paume
   détermine, combien de la
   ficelle en boucle est
   consommé par le motif
   contre le cadre, et par
   conséquent détermine,
   combien "ouvert" le
   motif sera, quand il
   sera étendu.
   Si le nœud réside trop
   loin de la paume, la
   quantité de ficelle
   consommée par le motif
   sera trop petite, et la
   quantité consommée
   par le cadre sera trop
   grande.
   En conséquence, le
   motif ne s´ouvrira pas
   entièrement, quand il
   sera étendu, et les lignes
   du cadre s´incurveront
   vers le centre.Pour
   garantir que les nœuds
   se retrouveront près des
   paumes , ne pas tendre
   la figure durant les
   pas F-K: tisser sans
   serrer, et étendre
   doucement après chaque
   pas.
 

Magazines du Jeu de Ficelle

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×