Honor C. Maude page 6

Un hommage à la plus haute autorité
sur les jeux de ficelle des Iles du Pacifique

par Mark A. Sherman

 

 

La vie parmi les Gilbertins

 

En mai 1930, Harry est devenu Acting Distric Officer
des Iles des Gilberts australes. Les jeunes mariés
ont été envoyés à Beru où ils ont vécu pendant
cinq ans. Son district incluait six atolls - Beru,
Tabiteuea, Nikunau, Onotoa, Tamana, et Arorae -
une étendue habitée par 10,000 îliens. En
dépit de leur jeune age,  (Harry avait 23 ans,
Honor 24), les deux étaient respectueusement
appelés le "vieil Homme" et la "Vieille femme".
En 1934, Harry est devenu Native Lands Commissioner
de toute la Colonie. Pendant cette période, il a
été capable de convaincre les autorités que
beaucoup de lois très restrictives, établies par
ses prédécesseurs étaient contre-productives et
servaient seulement à garder les îliens pauvres
à cause du payement d'amendes (les Maude
croyaient toujours dans l'autonomie et dans "aider
les îliens à s'aider eux-même"). Ses activités
 administratives et ses réussites sont résumées
dans l'essai pittoresque de R. Langdon, Harry
Maude: Proconsul timide, Historien consacré au
 Pacifique.
Honor n'était en aucun cas désœuvrée pendant
leurs premières années aux Gilberts. En
quelques mois, elle a été capable de parler le
langage local, faisait des paniers de frondes de
palmier, aidait les femmes
îliennes à s'occuper
de leurs bébés. La vie n'était pas facile: il n'y avait
pas de voitures (seulement des bicyclettes et des
canoës), pas de radios, et ni viandes ou légumes
frais (des conserves, des vivres, et la poste étaient
délivrés cinq fois par an par une goélette inter-îles).
Son aisance dans le gilbertin, qui réduisait
souvent Harry à quia, permettait aux
Maude de poursuivre leur intérêt anthropologique
et de publier immédiatement leurs conclusions
(deux de leurs articles sont apparus, dans les trois
années de leur arrivée, dans le prestigieux
Journal of the Polynesian Society). Elle était
aussi utile dans l'aide au développement gilbertin
et à la commercialisation de leurs arts et travaux
manuels, destinés à la réussite de l'autonomie.
Mais la tâche qu'elle appréciait le plus était
l'apprentissage des jeux de ficelles gilbertin
et de l'Ile Ellice.

 

suite

Bulletins ISFA Bisfa 5 Hommage Honor C. Maude

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×