Kathleen Haddon (1888-1961) page 4

Hommage
par Henry Rishbeth

Southampton, Angleterre

  
Elle est retournée à Cambridge au début de 1915,
la vie était très différente. Son père, âgé alors de 60 ans,
a servi quelques temps dans un dépôt YMCA, juste
"derrière les lignes" en France, donnant des conférences
pour divertir les troupes et travaillant de longues heures
à la cantine. Kathleen est devenue une aide-soignante
(VAD), s'occupant des militaires blessés, et aidant aux
opérations. A une réception, elle a rencontré Oswald
 Rishbeth (né Rischbieth) (1886-1942), un étudiant en
humanités du sud de l'Australie, qui est venu en 1911
au College Merton, Oxford.
Oswald était le cinquième
des six enfants qu'a eu Henrich, qui a, en 1958, émigré
des environs d'Hanovre vers le
sud de l'Australie, et est
devenu un marchand prospère à Mount Gambier.
Oswald
ayant changé son nom de famille, pour qu'il sonne un peu
moins allemand, fut envoyé au service militaire en Grèce
grâce à ses connaissances des classiques, et a été
subséquemment déclaré invalide et envoyé de retour en
Angleterre, où il a enseigné à Perse School for Boys,
Cambridge. Lui et Kathleen se sont mariés à
Cambridge
en 1917.

Oswald s'est intéressé à la science de la géographie suite à
ses voyages, qui est devenu récemment un sujet académique
(au lieu du récit morne des rivières, capitales, etc.). Il a
été nommé à Oxford, puis à Aberystwyth à Wales, et
finalement à Southampton, où il a rejoint le Département
Géographique en 1922 et est devenu Professeur de Géographie
en 1926. La plaquette du 75 ème du département, publié en
1996, raconte comment Kathleen a introduit les jeux de
ficelle aux réceptions avec grand succès. En 1936, la famille,
comprenant maintenant John, Margaret et Henry (nés en
1918, 1926, et 1931) ont déménagé à Cambridge lorsqu'Oswald
a renoncé à son poste, car il était malade.

Kathleen est retournée dans la grand maison victorienne de
ses parents dans le district de Newham de
Cambridge, et
est devenu bibliothécaire de la Bibliothèque Haddon, que
son père avait fondé dans le Musée de l'Archéologie et
l'Ethnologie de l'Université (maintenant
Archéologie et
Anthropologie
). Elle s'est occupée de sa mère, qui est morte
en 1937, et de son père qui est mort en 1940. A ce moment
là, l'Angleterre était en guerre, et elle a ajouté du travail
de guerre à ses activités: s'occupant des étudiants évacués
de l'Université de Londres, "creusant pour la victoire" dans
la portion de légumes, gardant des poules dans le jardin , et
aidant le Air Raid Precaution local en tant que "firewatcher".
En 1944, la famille a déménagé dans une maison moderne
dans le district Hills Road de Cambridge, où elle vécut le reste
de sa vie, près de sa première maison à Cambridge de 1893.
Elle a arrêté de travaillé à la Bibliothèque Haddon lorsqu'elle
 a pris sa retraite en 1953, en atteignant l'âge de 65 ans.

En plus de ses articles zoologiques, elle a écrit trois livres sur
les jeux de ficelle, dont le petit livre de 1934 (vendu à l'origine
pour un shilling, une ficelle en boucle bon marché était inclue)
s'est très bien vendu et a été réimprimé jusqu'en 1978. Sa lettre
à Nature en 1945, "Racial Problems in Australia", décrivait les
mérites des aborigènes, et avait été choisie pour le numéro de
Nature "50 years ago" en 1995. Elle faisait de temps en temps
des exposés comme "Round the Word with a Piece of String"
(Autour du monde avec un morceau de ficelle)

Comme son père, elle était une grande défendeuse de la
British Association of the Advancement of Science, devenant
pendant plusieurs années Secrétaire de sa section Archéologique
 & Anthropologique. Les vacances d'été de la famille étaient
souvent prises là où les "British Ass" se rencontraient. Elle
était membre du Royal Anthropological Institut, et a servi
dans son Conseil et puis son Directoire de 1943 à 1956.

Les émissions de la télévision de BBC ont commencé en 1936,
et c'est autour de 1938 que Kathleen a du faire la
première présentation à la télévision des jeux de ficelle. On l'a
vu dans Picture Page de Joan Gilbert, le premier programme
"magazine" TV, dans lequel elle a participé en 1946 et 1948.
Je me suis rappelle être allé à un grand hôtel de Cambridge
pour la première apparition.
Cambridge était à la périphérie
de la zone de service de l'émetteur du Alexandra Palace, à
70 km de là; la réception n'était pas très bonne, et il était
difficile de la voir elle et sa ficelle, sur les petits écrans d'alors.

Plus tard, elle a continué à prendre soin de son jardin, et des
oiseaux qui le visitaient. Ses enfants Margareth et Henry
vivaient à la maison (lorsqu'ils n'étaient pas au collège ou
en voyage à l'étranger), et John et sa famille vivaient non
loin. Il y avait habituellement un chien ou un chat dans la
maison. Sa fidèle sit-up-and-beg bicyclette l'amenait en
ville et chez ses amis. Elle assistait aux offices de l'Eglise
Emmanuel Congregational la plupart des dimanches sauf,
lorsqu'il faisait beau, quand se tenait la grand attraction
de marche et de conduite. Elle ne possédait pas de
voiture (bien qu'elle disait avoir eu un permis, elle racontait
 que de temps en temps, on lui permettait de conduire la
moto de son frère, dans sa jeunesse), mais sa famille pouvait
 la conduire à la campagne et aussi pendant les vacances.

En 1956, elle a visité de nouveau l'Australie après 41 ans,
l' "Excuse mais non la raison" était que j'étais alors un
étudiant de troisième cycle faisant de la radio astronomique
à Sydney. Là-bas, elle a rencontré la plupart de la famille
Rischbieth, et a eu le plaisir de rendre visite à Mme Honor
Maude. Elle a sagement écarté la suggestion de revoir la
Papouasie, réalisant qu'elle serait probablement choquée
parce qu'elle verrait.

SUITE

Bulletins ISFA Henry Rishbeth Hommage Bisfa 6 Kathleen Haddon (1888-1961)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×