James Hornell (1865-1949) page 4

Hommage 

 

par David Heppell,
Gibson, Columbia

 

et Mark Sherman,
Pasadena, Californie

 

Une nouvelle vie à Jersey (1891-1901)

 
En 1891, James Hornell déménagea à Jersey, une
île dans La Manche, où il devint le codirecteur de
la "Station Biologique et de l'Aquarium de Jersey."
Son associé dans cette grande aventure était
Mr. Joseph Sinel, un naturaliste et un archéologue
amateur, élevé à Jersey. On ne sait pas comment
il se sont rencontrés, mais pendant plusieurs années,
Sinel avait étudié la vie marine locale et était
fréquemment demandé par des biologistes maritimes
professionnels, qui visitaient l'île. En 1883, Sinel avait
quitté son travail dans un grand magasin local et
avait fondé "Sinel & co." - une affaire de vente par
correspondance basée chez lui, qui préparait et
envoyait des lames de microscope, ainsi que des
spécimens vivants et préservés, dans le monde entier.
Le Prof. Herdman connaissait certainement les
produits de Sinel, qui étaient très admirés pour
leurs grandes qualités et beauté. En 1891, Sinel
est devenu trop grand pour ses quartiers et était
prêt à étendre son affaire. Alimenté par
l'enthousiasme victorien pour les aquariums
publiques grandioses, Sinel et Hornell
firent construire une structure à trois étages.
Peu de temps après, le 29 septembre 1891, Hornell
se maria avec la fille de Sinel, Charlotte Elizabeth,
qui était aussi activement engagée, dans l'étude
de la vie marine. Leur premier et seul enfant, une
fille (Dorothy Lottie), est née le 25 avril 1892.

 

En mars 1893, Sinel et Hornell ont achevé leur
station biologique de trois étages, sur la promenade
du Havre des Pas, qui domine la mer. Le but de la
 station était double: satisfaire l'enthousiasme du
public pour les merveilles des profondeurs, et
fournir aux érudits un équipement de classe
mondiale, pour conduire leurs recherches. En
outre, Sinel et Hornell étaient très conscients du
 rôle qu'une station biologique pourrait jouer dans
l'éducation du publique, à l'importance des
 écosystèmes marins, surtout les pêcheries d'huîtres
 et de homards locaux, qui avaient récemment baissées
à cause de trop de dragages.

 

L'aquarium était ouvert six jours par semaine
(fermé le dimanche). Le prix de l'entrée, qui
comprenait l'entrée dans le musée d'histoire naturelle,
la salle de lecture, était de six pences. Les abonnements
annuels, qui comprenaient deux passes, s'élevaient à 1£.
L'adhésion à vie était vendue pour 5 guinées. Les
abonnés et les membres profitaient de l'accès gratuit
à la bibliothèque de la station, l'accès aux microscopes,
et des réductions sur les billets des conférences.

L'équipement était vraiment impressionnant. Au
rez-de-chaussée, se trouvaient neuf aquariums
massifs, tous éclairés par en-haut, garnis d'anémones,
de crabes, d'étoiles de mer, de calmars et de vers.
Leur volume combiné était de 7000 gallons
 (31822 litres). L'eau de mer fraîche coulait dans les
aquariums au rythme de 1000 gallons (4546 litres)
l'heure, pompée par une machine fonctionnant au gaz.
Au premier étage, il y avait des aquariums plus
petits  (marins et eau douce), ainsi qu'un musée
qui abritait des spécimens préservés. La bibliothèque
contenant 500 volumes, doublée d'une salle de
conférences. Le second étage abritait neuf
 compartiments cloisonnés dotés de microscopes
pour les spécialistes en visite, une chambre noire,
et un laboratoire partagé par Sinel et Hornell.
Il est clair d'après cette description, que James
Hornell était un jeune homme entreprenant, avec
de grands talents de gestionnaire et d'organisateur.

Hornell lance un journal (1893-1897)


SUITE

Bulletins ISFA Bisfa 7 Hommage JAMES HORNELL David Heppell Mark Sherman

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×